Thèmes

 

Fil rouge du salon, l’expérience est naturellement au cœur de BATIBOUW 2019. En parcourant les allées, vous pourrez toucher, voir, sentir les produits et services proposés par nos exposants : tester la résonnance d'une paroi en plâtre, percevoir la puissance d'un jet de douche, toucher des briques de façade et comparer ses impressions avec d'autres revêtements muraux, ressentir à pieds nus la différence entre un parquet en bois et une imitation en carrelages... Qu’il s’agisse de rénovation, de construction ou de décoration, Batibouw est le partenaire indispensable pour valider en live les choix effectués sur internet. Après avoir identifié une sélection de produits et fournisseurs en ligne, venez les découvrir « en live » et profiter des conseils de pros, avant de passer à l’achat.

 

Cette année, BATIBOUW accorde une attention particulière à l’importance d’un climat intérieur sain. Nous passons aujourd’hui de plus en plus de temps à l’intérieur, que ce soit à la maison ou au travail et, même si les nouvelles constructions disposent d’une très bonne isolation, il ne faut pas non plus négliger l’aération et la ventilation de son habitation. En effet, un climat sain et un air frais à l’intérieur de la maison sont d'une grande importance car les pièces dont l'air est malsain et pollué peuvent rapidement entrainer maux de tête, fatigue et autres problèmes. Pour cela, il faut tenir compte de la température de la pièce, du niveau d'humidité et de la quantité d'air frais. La température intérieure doit être constante, et comprise entre 19 et 22 degrés. De plus, l'humidité dans une maison peut être nocive tant pour l’habitation que pour la santé de ses habitants. Il est donc recommandé de contrôler fréquemment le taux d'humidité. Enfin, une bonne ventilation ou un système de ventilation est indispensable au maintien d'un climat intérieur sain.

 

En Belgique, nous devons de plus en plus tenir compte de la réduction des espaces pour vivre et pour construire. Auparavant, les grandes maisons en dehors de la ville étaient la norme. Aujourd'hui, notamment pour répondre aux problèmes de mobilité, notre choix se tourne de plus en plus vers une habitation en ville. Nous voulons éviter d’être coincés dans les embouteillages et nous rapprocher de notre lieu de travail. Résultat : nous vivons plus nombreux sur moins de mètres carrés et devons habiter dans des espaces plus petits. En outre, les terrains à bâtir deviennent plus coûteux, ce qui entraîne la construction de maisons plus petites. Les promoteurs immobiliers répondent à cet enjeu en proposant des solutions créatives dans les anciennes zones industrielles. Les modes de vie alternatifs rencontrent un certain succès : outre la maison unifamiliale, nous vivons désormais dans des logements en copropriété. Il n’est pas rare non plus de voir des maisons converties en maisons kangourou. De même que, des termes tels que cohabitation, maisons de soins et CLT (Community Land Trust : séparation du sol et du bâti, le terrain appartient à la communauté et le logement à un particulier) ne nous sont plus inconnus.

 

Cette année, le salon accorde plus d’attention au « Smart Building », un terme utilisé pour désigner toutes les nouvelles techniques de construction, avec comme mot d’ordre l’efficacité. Il existe également le BIM, un modèle d'information pour le secteur du bâtiment, grâce auquel toutes les parties participant au processus de construction recueillent leurs informations dans une base de données accessible à tous. Pensez également à l’impression et la numérisation 3D, deux techniques qui assurent une exécution plus détaillée du processus de construction, avec plus de possibilités créatives et des ajustements de dernière minute. Mais le Smart Building signifie également que nous allons nous appuyer sur une approche plus consciente, durable et économe en énergie. Le phénomène de la construction circulaire en est un bon exemple. Cela implique une utilisation intelligente des matières premières, des produits et des biens, ainsi que leur réutilisation, afin de terminer le cycle. Dans une économie circulaire, tout est recyclé, réaffecté, réutilisé et restauré. Par exemple, les bâtiments doivent pouvoir être facilement démontés, puis réutilisés ou recyclés. Nous optons pour des matériaux locaux, réutilisables et biosourcés.